Questions / réponses sur les hépatites


Réponses du professeur Patrick Marcellin aux principales questions que l'on peut se poser sur les hépatites, extraites de son ouvrage "Comment vit-on avec une hépatite." Avec l'aimable autorisation des auteurs et de l'éditeur.


Les symptômes de l'hépatite

1 Une hépatite peut-elle passer inaperçue ?
Oui, c'est ce qui arrive le plus souvent.

2 Quels sont les principaux symptômes de l'hépatite aiguë ?
Le plus caractéristique, l'ictère, est présent dans environ 10 % des cas. Il se manifeste par une coloration jaune plus ou moins prononcée de la peau et des muqueuses. D'autres signes, moins caractéristiques, sont souvent relevés : un syndrome grippal, des troubles digestifs, des douleurs articulaires ou une fatigue générale.

3 Combien de temps peuvent-ils persister ?
De quelques jours à quelques semaines, rarement plus.

4 Quels signes doivent me décider à aller consulter un médecin ?
En cas d'ictère, bien sûr, mais aussi lorsque les symptômes décrits ci-dessus demeurent inexpliqués et persistent.

5 Avec quelles autres maladies peut-on confondre une hépatite ?
En cas d'ictère, le diagnostic est facile. Devant des symptômes moins spécifiques, le diagnostic est plus difficile ; on peut confondre une hépatite aiguë avec une grippe, une gastro-entérite, etc.

6 Qu'est-ce que la jaunisse ?
La jaunisse, qui survient habituellement dans l'enfance, est la plupart du temps une hépatite aiguë A.

7 Des urines foncées suffisent-elles à révéler une hépatite ?
Oui. Il s'agit d'un signe évocateur, plus précoce et plus fréquent que l'ictère net.

8 Quel rapport y a-t-il entre les " crises de foie " et l'hépatite ?
Aucun. Les " crises de foie " ne sont généralement pas d'origine hépatique.

9 Une fois guérie, une ancienne hépatite aiguë peut-elle expliquer des troubles digestifs persistants (l'intolérance à l'alcool, par exemple) ?
Non. Lorsqu'une hépatite aiguë est guérie, elle ne laisse aucune séquelle.

10 Quels symptômes peuvent faire craindre le passage à une forme fulminante ?
D'un point de vue clinique, une grande asthénie, des troubles du sommeil, une somnolence ou des troubles de la conscience (confusion) peuvent être des signes d'alerte. L'examen clinique par le médecin peut aussi mettre en évidence un fétor hépatique (haleine douceâtre) ou un astérixis (une sorte de " tremblement " caractéristique), considérés comme annonciateurs du passage à une forme fulminante. D'un point de vue biologique, la surveillance des tests de coagulation est essentielle. Une diminution du taux de prothrombine, ou temps de Quick, à moins de 50 % de la norme appelle une orientation vers un service hospitalier spécialisé.

11 Une hépatite aiguë peut-elle être à l'origine d'une dépression ?
Une hépatite aiguë, non. Mais une hépatite chronique accompagnée d'une asthénie intense peut, elle, simuler une dépression.


Le diagnostic d'une hépatite

12 Dans quels cas le médecin doit-il demander un bilan hépatique ?
S'il existe des symptômes caractéristiques, comme l'ictère, le médecin peut tout de suite chercher à préciser la nature de l'hépatite et surveiller un éventuel passage à une forme fulminante. Si les symptômes ne sont pas caractéristiques, comme dans le cas d'une fatigue prolongée, il peut au préalable s'assurer de l'existence ou de l'absence d'une affection hépatique. Le moyen le plus simple est de faire réaliser un dosage des transaminases, permettant de déceler une éventuelle cytolyse.

13 Qu'est-ce que la cytolyse ?
Une destruction des cellules. Dans le cas du foie, il s'agit de la destruction des hépatocytes.

14 Puis-je faire faire les tests hépatiques dans n'importe quel laboratoire ?
Oui, les tests hépatiques habituels sont pratiqués par tous les laboratoires.

15 Le médecin peut-il m'imposer un laboratoire pour réaliser les tests hépatiques ?
Il ne peut pas l'imposer, mais il peut conseiller que des tests successifs soient effectués dans le même laboratoire afin de faciliter les comparaisons au cours de l'évolution de la maladie.

16 Des excès dans les jours précédant la prise de sang peuvent-ils fausser un bilan sanguin ?
Habituellement, non.

17 Tous les examens sanguins sont-ils remboursés ?
Oui.

18 Des transaminases élevées signifient-elles forcément que j'ai une hépatite ?
Pas toujours, mais c'est souvent le cas.


19 Le degré d'élévation des transaminases est-il un signe de gravité de l'hépatite ? Non. Le dosage des transaminases est un excellent indicateur d'un problème hépatique, mais il ne dit pas quelles en sont les répercussions sur le fonctionnement du foie. On peut avoir des transaminases très élevées (de plusieurs dizaines de fois la norme) à cause d'une hépatite virale aiguë et très bien s'en remettre en quelques semaines. A l'inverse, une augmentation modérée des transaminases peut signaler une hépatite chronique dont les répercussions peuvent être graves.

20 La baisse des transaminases signifie-t-elle que je suis guéri ?
Une baisse n'est pas suffisante. Il faut une normalisation complète et prolongée.

21 L'augmentation du taux de chlolestérol dans le sang est-elle le signe d'un mauvais fonctionnement du foie ?
Généralement non. La plupart du temps, elle est due à une mauvaise alimentation ; elle peut aussi être imputable à une prédisposition génétique. Plus rarement, l'augmentation du taux de cholestérol peut aussi être le signe d'un problème biliaire ou d'une défaillance des cellules hépatiques.

22 Que permet de voir l'échographie ?
C'est un examen qui a pour but d'éliminer des anomalies importantes de la morphologie du foie (cirrhose, tumeur) ou un obstacle sur les voies biliaires (calcul, tumeur). Il ne peut permettre d'étudier avec précision le tissu hépatique. L'échographie abdominale est généralement normale en cas d'hépatite aiguë ou chronique ; habituellement, les anomalies importantes (dysmorphie, foie hétérogène, signes d'insuffisance hépatocellulaire) sont observées au stade de cirrhose.

23 Puis-je faire faire une échographie dans n'importe quel cabinet médical ?
Oui.


Les différentes hépatites

24 Peut-on mourir d'une hépatite aiguë ?
Très rarement, une hépatite aiguë, quelle qu'en soit la cause, peut entraîner une insuffisance hépatique mortelle (hépatite fulminante).

25 La gravité d'une hépatite varie-t-elle en fonction des personnes ? de l'état de santé ?
Les facteurs aggravants d'une hépatite aiguë sont mal connus. L'état préexistant du foie joue un rôle important. Par ailleurs, la prise de médicaments au cours de l'hépatite aiguë peut être néfaste.

26 La gravité d'une hépatite varie-t-elle en fonction de l'âge ?
En général, l'hépatite est plus grave chez les sujets âgés.

27 Certaines hépatites virales sont-elles plus graves que d'autres ?
Oui, dans la mesure où, par exemple, le virus B et le virus D sont plus souvent responsables d'hépatites fulminantes que le virus A.

28 Les marqueurs viraux sont-ils totalement fiables ?
Ils sont très fiables, mais aucun d'entre eux ne l'est à 100 %.

29 Si j'ai fait une recherche (négative) d'anticorps anti-VHC avant 1991, dois-je la refaire aujourd'hui ?
Oui, s'il y a suspicion d'hépatite chronique C. Un résultat négatif avec les tests de première génération peut se révéler positif avec les tests actuels.

30 Un virus d'hépatite peut-il s'attaquer à d'autres organes que le foie ?
La plupart du temps, les virus des hépatites n'atteignent que le foie. Rarement, ils entraînent (en général indirectement) l'atteinte d'autres organes.

31 La présence d'anticorps suffit-elle à prouver que j'ai une hépatite virale aiguë ?
Cela dépend des anticorps. Les anticorps de type IgM sont spécifiques des hépatites aiguës. Mais d'autres peuvent témoigner d'une infection ancienne et guérie (comme, par exemple, l'anticorps anti-HBs).

32 L'absence d'anticorps suffit-elle à prouver que je n'ai pas d'hépatite virale aiguë ?
A priori, oui. Toute hépatite virale s'accompagne soit immédiatement, soit après un certain délai, de l'apparition d'anticorps spécifiques. Mais dans certains cas, notamment d'hépatite C, les anticorps peuvent apparaître tardivement (quelques jours à quelques semaines après l'hépatite).

33 Quelles règles suivre pour éviter une hépatite médicamenteuse ?
La plus prudent est de ne prendre que les médicaments nécessaires en respectant scrupuleusement la dose prescrite par votre médecin.

34 Existe-t-il dans tous les cas des médicaments de remplacement moins toxiques pour le foie ?
Pas toujours. C'est pourquoi certains médicaments, exceptionnellement responsables d'hépatites, sont quand même utilisés du fait de leur grand intérêt thérapeutique.


La transmission de l'hépatite

35 Quelles catégories de personnes courent les plus grands risques d'hépatite ?
Les personnes au contact du sang et celles qui ont des partenaires sexuels multiples.

36 Les homosexuels sont-ils particulièrement menacés par l'hépatite ?
Essentiellement par l'hépatite B dont la transmission sexuelle est fréquente.

37 Les transfusions sont-elles dangereuses ?
Plus maintenant. Le risque de transmission d'une hépatite B ou C est inférieur à 1 pour 20 000.

38 Les dérivés sanguins (albumine, gammaglobulines) peuvent-ils transmettre l'hépatite ?
Plus maintenant. Leur mode de fabrication élimine tout virus.

39 Dans quels pays le risque d'avoir une hépatite est-il le plus grand ?
Les hépatites sont généralement plus fréquentes dans les pays en voie de développement.

40 Peut-on être infecté plusieurs fois par un virus d'hépatite ?
Par le même virus, non. Par des virus différents, oui, bien sûr.

41 Les aliments peuvent-ils transmettre un virus d'hépatite ?
Ils peuvent transmettre les virus A et E.

42 L'eau peut-elle transmettre un virus d'hépatite ?
Comme les aliments, l'eau peut transmettre les virus A et E.

43 La salive ou la sueur peuvent-elles transmettre un virus d'hépatite ?
Les virus A et E, oui. Les virus B, C, D ou G, non, sauf si la salive est en contact avec le sang.

44 Peut-on attraper une hépatite dans des toilettes publiques ?
En cas de mauvaise hygiène, oui, on peut attraper l'hépatite A ou l'hépatite E.

45 Peut-on être infecté par un virus d'hépatite au cours d'une séance d'acupuncture ? de mésothérapie ? en se faisant tatouer ?
Oui, si le matériel n'est pas bien stérilisé.

46 Peut-on être infecté par un virus d'hépatite chez le dentiste ?
Oui, si le matériel n'est pas bien stérilisé.

47 Peut-on être infecté par un virus d'hépatite en " sniffant " des drogues ?
Oui, si l'on partage une paille ayant été en contact avec des lésions des muqueuses.

48 Les animaux peuvent-ils transmettre l'hépatite ?
Non.

49 Peut-on donner son sang après avoir eu une hépatite ?
Après une hépatite A ou E, oui, à condition de respecter un certain délai pour que la guérison soit certaine. Pas après une hépatite B, C, D ou G.

50 L'hépatite peut-elle être héréditaire ?
Les hépatites virales ne sont pas héréditaires, mais le virus peut être transmis par les parents aux enfants.

51 Que faire si une hépatite est découverte en cours de grossesse ?
Rien de spécifique. Comme dans les autres cas d'hépatite, une surveillance est nécessaire afin de s'assurer de la guérison de l'hépatite et de l'absence de passage à la chronicité.

52 Quels sont les risques pour l'enfant qui va naître ?
Ils sont très faibles, sauf dans le cas où la mère est porteuse chronique du virus de l'hépatite B (et en particulier si l'antigène HBe ou l'ADN viral est positif). Dans ce cas, le nouveau-né est vacciné à la naissance et des immunoglobulines spécifiques lui sont administrées.

53 Pourrai-je allaiter mon enfant ?
En cas d'hépatite B, l'allaitement maternel est sans risque puisque l'enfant est vacciné à la naissance. En ce qui concerne l'hépatite C, il n'a jamais été prouvé que le virus puisse être transmis par le lait maternel. Les experts internationaux considèrent que, en l'état actuel de nos connaissances, il n'y a pas lieu de contre-indiquer l'allaitement maternel en cas d'hépatite C. Mais tant qu'un doute subsiste, de nombreux obsétriciens préfèrent le déconseiller quand même.


La prévention de l'hépatite

54 Si j'ai une hépatite, dois-je faire vacciner mes enfants ?
Oui, s'il s'agit d'une hépatite B.

55 Dans quels cas l'entourage du malade doit-il pratiquer des recherches de marqueurs viraux ?
En principe, dans tous les cas.

56 Quelles précautions doit prendre l'entourage d'un malade atteint d'hépatite A ?
Les précautions d'hygiène classique : ne pas partager les couverts, se laver les mains, désinfecter les toilettes à l'eau de Javel…

57 Quelles précautions doit prendre l'entourage d'un malade atteint d'hépatite B ?
Aucune, dès lors qu'il est vacciné efficacement.

58 Quelles précautions doit prendre l'entourage d'un malade atteint d'hépatite C ?
Aucune en particulier, si ce n'est éviter le partage d'objets susceptibles d'être en contact avec le sang (rasoir, brosse à dents). Pour le conjoint, le risque de contamination par voie sexuelle est très faible.

59 Faut-il utiliser des préservatifs en cas d'hépatite C ?
Oui, si un contact avec le sang est possible (présence de lésions génitales par exemple). En dehors de ce cas précis, la question doit être étudiée au cas par cas avec le médecin. Un couple fidèle, uni depuis des années, et n'ayant jamais eu de problème malgré une infection ancienne, n'aura pas forcément à changer ses habitudes. En revanche, une personne ayant des partenaires sexuels multiples devra se montrer plus prudente. De toute manière, hépatite C ou pas, elle doit utiliser des préservatifs pour se protéger du virus du sida et des autres maladies sexuellement transmissibles.

60 Quelles précautions doit prendre l'entourage d'un malade atteint d'hépatite D ?
Les mêmes que pour l'hépatite B, c'est-à-dire la vaccination contre l'hépatite B.

61 Quelles précautions doit prendre l'entourage d'un malade atteint d'hépatite E ?
Les mêmes que pour l'hépatite A.

62 Quelles précautions doit prendre l'entourage d'un malade atteint d'hépatite G ?
Les mêmes que pour l'hépatite C. Le virus de l'hépatite G semble légèrement plus contagieux que celui de l'hépatite C.

63 Quelles précautions doit prendre l'entourage d'un malade atteint d'hépatite auto-immune ?
Aucune. Cette forme d'hépatite n'est pas contagieuse.

64 Quelles précautions peut-on prendre quand on suit des séances d'hémodialyse ?
Globalement, des précautions médicales doivent être prises pour diminuer au maximum les risques dans les centres d'hémodialyse. Individuellement, il faut se vacciner contre l'hépatite B. Il est conseillé de le faire dès la création de la fistule artério-veineuse, quelques mois avant la mise en hémodialyse.

65 Contre quels virus d'hépatite peut-on se vacciner ?
Les virus A et B.

66 Les vaccins sont-ils efficaces à 100 % ?
Non. Ils sont très efficaces, mais un certain nombre de sujets (moins de 5 %) ne répondent pas aux vaccins. Il s'agit souvent de personnes âgées, ou ayant un déficit immunitaire ; des facteurs génétiques peuvent également jouer (dans certaines familles, on répond mal aux vaccins).

67 Existe-t-il des vaccins plus efficaces que d'autres ?
Tous les vaccins existants ont une efficacité comparable.

68 Combien de temps sont-ils efficaces ?
A vie, si les rappels sont correctement faits.

69 Peut-on faire les rappels avec un vaccin différent du vaccin initial ?
Oui.

70 Des virus mutants peuvent-ils résister aux vaccins ?
Oui, mais ces virus mutants sont très exceptionnels.

71 Les vaccins sont-ils dangereux ? Peuvent-ils provoquer la survenue de certaines maladies, comme la sclérose en plaques ?
Absolument pas.

72 Dans quels cas le vaccin contre l'hépatite B est-il obligatoire ?
Il est obligatoire pour toute personne en contact avec le sang dans son activité professionnelle.

73 Puis-je le refuser quand même ?
Oui, à vos risques et périls. Mais en cas d'hépatite B, elle ne sera pas considérée comme maladie profesionnelle.

74 Dans quels cas est-il conseillé ?
Quoique non obligatoire, la vaccination contre l'hépatite B est désormais inscrite dans le calendrier vaccinal des enfants. La première injection peut être réalisée à partir de 2 mois. L'idéal serait que tout le monde soit vacciné avant l'adolescence. Rappelons que le vaccin contre l'hépatite B est, à l'heure actuelle, le seul vaccin directement efficace pour la prévention d'un cancer !

75 Dans quels cas est-il déconseillé (ou inutile) ?
Il est inutile chez les porteurs de l'antigène HBs.


76 Si je ne suis pas vacciné, puis-je refuser d'aller travailler dans un service qui m'expose au risque de l'hépatite B ? Oui. Un sujet ne peut être exposé au risque tant qu'il n'est pas vacciné.

77 Peut-on se faire vacciner contre l'hépatite B en cours de grossesse ou en période d'allaitement ?
Oui.

78 Dans quels cas le vaccin contre l'hépatite A est-il conseillé ?
Il est notamment conseillé aux personnes vivant en institution et aux voyageurs.

79 Dans quels cas est-il déconseillé (ou inutile) ?
Chez les sujets immunisés naturellement par une hépatite A, et qui possèdent donc des anticorps anti-VHA.

80 Peut-on associer les vaccins des hépatites A et B, ou les associer à d'autres vaccins ?
L'association est possible pour la plupart des vaccins. (Pasteur Vaccins recommande toutefois d'exclure l'association du vaccin contre l'hépatite B avec le vaccin cholérique injectable.) Par ailleurs, il existe maintenant un vaccin unique contre les hépatites A et B.

81 Combien de temps avant de partir en voyage faut-il se faire vacciner ?
Pour que la protection soit efficace, il faut avoir eu au moins deux injections vaccinales. La première injection doit donc être réalisée plus d'un mois avant le départ.

82 Existera-t-il bientôt un vaccin contre les hépatites C, D ou E ?
Pour l'hépatite D, le vaccin contre l'hépatite B est efficace. Il faudra sans doute encore plusieurs années, peut-être cinq à dix ans, pour obtenir un vaccin contre l'hépatite C. Pour l'hépatite E, le vaccin est considéré comme imminent.


Quand l'hépatite devient chronique

83 A partir de quand une hépatite est-elle considérée comme chronique ?
Lorsque l'élévation des transaminases persiste plus de six mois.

84 Quels sont les risques qu'une hépatite aiguë devienne chronique ?
Cela dépend des hépatites. Les hépatites virales A et E ne deviennent jamais chroniques. Les hépatites B le deviennent 1 fois sur 20 et les hépatites C 8 fois sur 10.

85 Peut-on être porteur sain d'un virus d'hépatite ?
Oui, d'une certaine manière. Certaines personnes sont porteuses du virus B ou du virus C sans aucune lésion, ou avec peu de lésions du foie.

86 Un virus d'hépatite peut-il se réveiller après des années ?
Oui. Un porteur de virus considéré comme " sain " peut avoir une poussée d'hépatite après plusieurs années.

87 Existe-t-il des symptômes spécifiques à l'hépatite chronique ?
Non, aucun. Le symptôme le plus fréquent, l'asthénie, est généralement négligé.

88 Existe-t-il un lien entre l'intensité de l'hépatite initiale et la gravité de l'hépatite chronique ?
Pas forcément. Cependant, les hépatites aiguës les plus fortes ont tendance à évoluer moins souvent vers une hépatite chronique.

89 Avec quelles autres maladies peut-on confondre une hépatite chronique ?
L'asthénie due à l'hépatite chronique peut être prise pour un syndrome dépressif.

90 Une hépatite chronique peut-elle disparaître toute seule ?
Oui, mais cela est rare, surtout dans le cas de l'hépatite chronique C.

91 Un malade atteint d'hépatite chronique est-il particulièrement exposé à d'autres maladies ?
Non, les défenses immunitaires sont tout à fait normales jusqu'au stade de cirrhose où l'immunité est moins bonne.

92 Une personne atteinte d'hépatite chronique doit-elle se faire vacciner contre la grippe ?
Oui, comme tout le monde.

93 Une personne atteinte d'hépatite chronique C doit-elle se faire vacciner contre l'hépatite B ?
Oui, comme tout le monde.

94 Quelle est la différence entre une hépatite chronique active et une hépatite chronique persistante ?
En fait, cette distinction est artificielle. Il s'agit de la même maladie vue à des stades différents, plus précoce pour l'hépatite chronique persistante, plus tardif pour l'hépatite chronique active.

95 Une hépatite chronique persistante peut-elle devenir active (et réciproquement) ?
Une hépatite chronique persistante peut devenir active après un délai variable. L'inverse est rarement vrai.

96 Comment peut évoluer une hépatite chronique active ?
Elle guérit rarement spontanément. En général, elle évolue lentement vers une fibrose ou éventuellement une cirrhose.

97 Quels sont les principaux médicaments responsables des hépatites médicamenteuses chroniques ?
De tels médicaments sont rares. Il s'agit essentiellement de la nitrofurantoïne et du zyloric.

98 Comment peut évoluer une hépatite chronique médicamenteuse ?
Vers une cirrhose, si la prise du médicament responsable n'est pas arrêtée.

99 Comment peut évoluer une hépatite chronique auto-immune ?
Vers une cirrhose, comme toutes les hépatites chroniques.

100 A quoi sert la biopsie ?
A confirmer le diagnostic, à préciser le pronostic, à décider d'un éventuel traitement et à évaluer ultérieurement l'efficacité de ce traitement par une deuxième biopsie.

101 Les résultats d'une biopsie sont-ils totalement fiables ?
Ils sont globalement fiables. C'est le meilleur examen pour caractériser une hépatite chronique.

102 Puis-je refuser une biopsie ?
Oui, bien sûr. Le malade peut toujours refuser l'examen que le médecin lui conseille.

103 Puis-je en exiger une ?
Non. Seul le médecin peut juger de l'intérêt d'une biopsie.

104 La biopsie est-elle totalement prise en charge par la Sécurité sociale ?
Oui, si vous êtes pris en charge à 100 %. Sinon, vous pouvez devoir le forfait hospitalier.

105 Quelles précautions faut-il prendre avant une biopsie ?
Il faut arrêter toute prise de médicament qui pourrait affecter la coagulation (aspirine, anti-inflammatoires). En cas de traitement anticoagulant qui ne peut être interrompu, la biopsie sera faite par voie jugulaire.

106 Combien de temps est-on hospitalisé pour une biopsie ?
En général vingt-quatre heures, parfois douze.

107 Dans quels cas faut-il faire une biopsie sous échographie ?
Lorsque le foie est petit, lorsque l'on veut biopsier une zone particulière du foie (diagnostic d'une tumeur) ou lorsqu'il existe un angiome ou un kyste.


108 Pourquoi certaines personnes ressentent-elles une douleur à l'épaule ou une sensation d'étouffement après une biopsie ? Ces symptômes viennent de la perforation de la capsule de Glisson qui recouvre le foie. L'innervation de cette capsule est assurée par le nerf phrénique qui innerve aussi le diaphragme.

109 Quels sont les risques de la biopsie ?
Essentiellement, le risque d'hémorragie qui peut être grave dans un cas sur 1 000.

110 A quels signes doit-on suspecter une hémorragie après une biopsie ?
On doit y penser en cas de fatigue anormale, de vertiges, de malaise, de douleurs abdominales ou d'une jaunisse.

111 Puis-je reprendre mes activités aussitôt après une biopsie (travail, voyages, sport…) ?
Il est préférable d'éviter tout exercice physique pendant une semaine.

112 Puis-je obtenir un compte-rendu d'hospitalisation complet ?
Oui, c'est le droit le plus strict du malade.

113 Au vu de mon compte-rendu de biopsie, comment savoir la gravité de l'hépatite ?
Les termes employés par le médecin qui a réalisé l'analyse demeurent subjectifs. Mais la plupart du temps, ils sont assortis d'un " score ". Très souvent utilisé, le score de Knodell est gradué de 0 à 22. En-dessous de 6, l'hépatite est considérée comme minime ; de 6 à 10, elle est dite modérée ; on commence à parler d'activité forte au-delà de 10. Une autre classification est parfois utilisée. Elle présente deux chiffres. Le premier, repéré par la lettre A, est échelonné de 0 à 3. Il traduit l'activité de l'hépatite (inflammation et nécrose), et donc son évolutivité. Le second, repéré par la lettre F, caractérise le retentissement fibreux de l'hépatite (les séquelles sur les tissus du foie). Il est gradué de 0 (pas de fibrose) à 4 (présence d'une cirrhose).


La cirrhose et ses complications

114 Quelles catégories de personnes encourent le plus grand risque de cirrhose ?
Celles qui ont une hépatite chronique active avec constitution rapide d'une fibrose. Une consommation excessive d'alcool augmente considérablement le risque.

115 A partir de quels signes faut-il suspecter une cirrhose ?
Une cirrhose ne se manifeste intialement par aucun signe. Une cirrhose plus évoluée peut s'accompagner de signes cliniques d'hypertension portale (circulation veineuse collatérale, varices œsophagiennes) ou d'insuffisance hépatocellulaire (érythrose palmaire, ongles blancs, subictère). Certains signes biologiques suggèrent l'existence d'une cirrhose (hypergammaglobulinémie, élévation des transaminases ASAT supérieure à celle des ALAT, diminution des plaquettes sanguines, diminution des facteurs de coagulation).

116 Combien de temps peut-il s'écouler entre la déclaration de l'hépatite et le développement d'une cirrhose ?
En moyenne, vingt ans. Cependant, le délai est très variable, de cinq à cinquante ans. Et on peut aussi être atteint d'une hépatite chronique virale et ne jamais faire de cirrhose.

117 Une cirrhose peut-elle régresser ?
Non.

118 Combien de temps peut-on vivre avec une cirrhose ?
On peut vivre cent ans, si la cause de la cirrhose a disparu (cirrhose inactive).

119 Peut-on traiter une cirrhose ?
Le traitement de la cirrhose est le traitement de sa cause et celui de ses complications.

120 Quelles sont les principales complications possibles de la cirrhose ?
La principale complication est l'hypertension portale, laquelle peut être à l'origine d'une hémorragie digestive ou d'une ascite. L'autre risque est le développement d'un cancer du foie.

121 Qu'est-ce que l'hypertension portale ?
C'est l'augmentation de la pression sanguine dans la veine porte, qui conduit vers le foie le sang provenant des organes digestifs.

122 Qu'est-ce qu'une hémorragie digestive ?
C'est un saignement au niveau du tube digestif (oesophage, estomac ou intestin). Dans la cirrhose, l'hémorragie digestive survient le plus souvent au niveau des varices œsophagiennes, plus rarement au niveau des varices gastriques.

123 Comment soigner une hémorragie digestive ?
Le traitement est d'abord préventif ( dépistage). La sclérothérapie et les bêtabloquants sont utilisés à titre préventif et curatif.

124 Peut-on prévenir les hémorragies digestives ?
Oui, en diminuant la taille des varices oesophagiennes et en diminuant la pression portale avec les bêtabloquants.

125 Comment se manifeste l'ascite ?
Par une augmentation du volume de l'abdomen, accompagnée souvent de douleurs et d'une diminution de la diurèse.

126 Quels signes peuvent laisser présager un cancer du foie ?
Au début, aucun signe. C'est pourquoi le dépistage systématique par surveillance échographique des malades atteints de cirrhose est primordial. Seule, la biopsie de la tumeur guidée sous échographie permet le diagnostic de certitude.

127 Combien de temps peut-il s'écouler entre la déclaration de l'hépatite et le développement d'un cancer ?
Pour qu'un cancer primitif du foie se développe, il faut d'abord que l'hépatite ait entraîné une cirrhose. Il faut donc de dix à cinquante ans pour que survienne un cancer du foie.

128 Un cancer primitif du foie peut-il se développer en l'absence de cirrhose ?
C'est possible, mais très exceptionnel.

129 Une fois que la cirrhose est constituée, quel est le risque de voir se développer un cancer du foie ?
En cas de cirrhose consécutive à une hépatite chronique B ou C, le risque est évalué à 3 % par an. Dix ans après la constitution de la cirrhose, il est donc de l'ordre de 30 %.

130 Combien de temps peut-on vivre avec un carcinome ?
C'est variable, de quelques mois à quelques années.

131 Peut-on soigner un cancer du foie ? A quel stade ?
On peut guérir un cancer primitif du foie diagnostiqué précocement alors qu'il est de petite taille (de 1 à 2 cm).


Vivre avec une hépatite chronique

132 Comment combattre la fatigue ?
Il n'y a aucun traitement spécifique de la fatigue. Le traitement est celui de la cause : l'hépatite.

133 Puis-je voyager dans tous les pays ?
Oui, en respectant les règles habituelles d'hygiène et de prévention.

134 Puis-je pratiquer tous les sports ?
Oui. En un mot, vous devez mener une vie normale.

135 Une hépatite chronique peut-elle modifier le comportement sexuel ? rendre impuissant ? stérile ?
En principe, non. Sauf au stade de cirrhose avec insuffisance hépatocellulaire importante.

136 L'hépatite chronique fait-elle courir des risques particuliers en cas de grossesse ?
Non, l'hépatite chronique n'empêche pas le déroulement normal de la grossesse. (Au stade de cirrhose, elle peut cependant augmenter le risque d'hémorragie digestive.) Elle n'est pas non plus aggravée par la grossesse. Dans certains cas d'hépatite chronique C, c'est même le contraire ! Mais tout traitement antiviral est contre-indiqué chez la femme enceinte.

137 L'hépatite chronique a-t-elle une incidence sur le teint ? sur la peau ? sur les cheveux ? sur le vieillissement de l'organisme ?
Non, au stade d'hépatite chronique sans cirrhose. Oui, au stade d'hépatite chronique avec cirrhose et insuffisance hépatocellulaire.

138 Dois-je signaler ma maladie à mon employeur ? au médecin du travail ?
En ce qui concerne votre employeur, ce n'est pas obligatoire. En ce qui concerne le médecin du travail, vous n'avez aucune raison de lui cacher votre situation : il pourra vous être d'un grand secours si vous devez envisager une reconversion professionnelle. En outre, il est astreint au secret professionnel et ne donne à l'employeur que des avis et des conseils, sans indication des raisons médicales qui les motivent. Votre dossier médical est inviolable et ne peut être transmis à un autre service de médecine du travail ou à un autre médecin sans votre accord écrit.

139 Dois-je signaler ma maladie à mon assureur ?
S'il vous le demande, notamment lors de la signature d'un contrat d'assurance-vie. Selon le code des assurances, une fausse déclaration intentionnelle peut en effet entraîner la nullité du contrat. Mais rien n'oblige l'assureur à faire figurer la maladie parmi les exclusions à la garantie du risque invalidité. Si la maladie se déclare après la signature du contrat, vous n'avez rien à faire.

140 Dans quels cas l'hépatite chronique peut-elle être considérée comme une maladie professionnelle ?
Lorsqu'elle est due à un virus et que l'exercice de votre profession nécessite un contact avec le sang ou les malades.

141 Puis-je refuser une mission (ou un travail, si je suis demandeur d'emploi) qui me semble incompatible avec ma maladie ?
Vous aurez besoin d'un certificat médical attestant que votre état de santé est incompatible avec le travail en question.

142 Peut-on licencier quelqu'un à cause d'une hépatite chronique ?
Vous ne pouvez pas être licencié si l'hépatite est reconnue comme maladie professionnelle et si le médecin du travail vous déclare apte à exercer votre profession. (S'il vous déclare inapte, un reclassement doit vous être proposé.) Vous pouvez être licencié s'il ne s'agit pas d'une maladie professionnelle et si votre employeur réussit à faire valoir que votre absence prolongée est préjudiciable à l'entreprise. Il faut par ailleurs rappeler que les malades atteints d'hépatite chronique virale ne sont pas contagieux pour leur entourage professionnel. Aucune mesure professionnelle à votre encontre ne peut donc s'appuyer sur cet argument.


Préserver son foie


143 Faut-il suivre un régime ?
Non.

144 Faut-il supprimer les graisses ?
Non.

145 Existe-t-il des aliments nocifs à éviter ?
Non.

146 Existe-t-il des aliments bienfaisants pour le foie ?
Non.

147 Existe-t-il des tisanes bienfaisantes pour le foie ?
Non.

148 Puis-je boire de l'alcool ?
Ce n'est pas rigoureusement interdit, mais il faut être extrêmement modéré. La consommation régulière d'alcool multiplie considérablement les risques de cirrhose et de cancer.

149 Puis-je boire du café ?
Oui.

150 Existe-t-il des eaux minérales recommandées en cas d'hépatite chronique ?
Non.

151 Dois-je prendre régulièrement des vitamines ?
Non, un régime alimentaire bien équilibré est suffisant pour apporter à l'organisme les vitamines nécessaires.

152 Si je tombe malade, puis-je me soigner normalement ? Puis-je subir une intervention chirurgicale ?
Oui. Les précautions sont à prendre uniquement en cas de cirrhose avec insuffisance hépatocellulaire. Mais cela ne vous dispense pas de signaler votre hépatite chronique à tous les médecins que vous êtes amené à rencontrer, du dentiste à l'anesthésiste.

153 Les médicaments font-ils courir des risques spécifiques en cas de cirrhose ?
Oui, certains médicaments peuvent, en cas de cirrhose favoriser la survenue d'une complication. Des somnifères peuvent par exemple entraîner une encéphalopathie ; des anti-inflammatoires peuvent favoriser une hémorragie digestive.

154 Les fumeurs s'exposent-ils à des complications particulières ?
Pas au niveau du foie.

155 Les toxicomanes s'exposent-ils à des complications particulières ?
Oui, par des surinfections virales ou par une hépatite toxique.


Le traitement des hépatites chroniques

156 Faut-il traiter une hépatite aiguë ?
A priori, non : les traitements sont réservés aux hépatites chroniques actives. Cependant, dans le cas d'une hépatite aiguë C, le traitement paraît justifié, puisqu'il diminue considérablement le risque de passage à la chronicité.

157 Faut-il traiter un porteur sain de virus d'hépatite ?
Non.

158 : Faut-il traiter une hépatite chronique d'activité minime ?
Actuellement, les hépatites chroniques d'activité minime (que l'on appelle encore les hépatites persistantes) ne relèvent pas d'un traitement par interféron. L'utilité d'un traitement à ce stade de la maladie est en cours d'évaluation, mais elle demeure très débattue.

159 Comment traiter une hépatite chronique B ?
Le traitement habituel est l'interféron alpha à la dose de 5 ou 6 millions d'unités, trois fois par semaine pendant six mois.

160 Comment traiter une hépatite chronique C ?
Le traitement habituel est l'interféron alpha à la dose de 3 millions d'unités, trois fois par semaine pendant un an. Si le traitement est inefficace au cours des trois premiers mois (avec une absence de diminution nette des transaminases), les chances de succès sont très faibles et on peut envisager de l'arrêter.

161 Comment traiter une hépatite chronique D ?
Le traitement habituel est l'interféron alpha à la dose de 9 ou 10 millions d'unités, trois fois par semaine pendant douze mois.

162 Comment traiter une hépatite chronique auto-immune ?
Par l'administration de corticoïdes. Le traitement commence à une dose de 30 à 50 mg par jour. La dose est progressivement diminuée jusqu'à la dose minimale efficace. Le traitement doit être poursuivi pendant un an ou plus. En cas d'échec des corticoïdes, on peut ajouter de l'azathioprine.

163 A quel stade de l'hépatite doit commencer le traitement ?
Le plus tôt possible.

164 Qui prescrit l'interféron ?
Pour l'hépatite C, la première prescription doit être établie par un gastro-entérologue exerçant en hôpital ou en clinique, mais désormais le renouvellement et la surveillance du traitement peuvent être pris en charge par le gastro-entérologue de ville ou le médecin généraliste. Pour l'hépatite B ou D, la prescription demeure exclusivement hospitalière.

165 Ai-je le droit d'exiger un traitement ? De le refuser ?
Le malade ne peut pas exiger un traitement, mais sa motivation est importante pour la décision. Il peut bien sûr refuser le traitement qui lui est proposé.

166 Tout le monde peut-il suivre un traitement par interféron ? Dans quel cas est-il contre-indiqué ?
Les principales contre-indications sont la cirrhose décompensée, une affection cardiaque, neurologique ou rénale grave, ainsi que la grossesse.

167 Les traitements sont-ils efficaces ?
Les traitements sont actuellement peu efficaces : en moyenne, 30 à 40 % d'efficacité dans l'hépatite chronique B et 30 % dans l'hépatite chronique C. Mais on commence à mieux savoir, au cas par cas, quelles sont les personnes qui ont les meilleures chances de réussite.

168 Les traitements sont-il dangereux ?
Non. Le traitement peut être pénible à supporter, mais les effets secondaires graves sont rares.

169 Quels sont les principaux effets secondaires de l'interféron ?
La fièvre, les frissons et la fatigue sont pratiquement constants en début de traitement.

170 Que faire si je ne supporte pas les effets secondaires ? Le traitement peut être interrompu à tout moment.


171 Peut-on voyager pendant le traitement ? Oui, à condition d'emporter l'interféron afin de ne pas interrompre le traitement.

172 L'interféron fait-il grossir ? maigrir ?
Il peut faire maigrir.

173 Puis-je continuer à prendre mes médicaments habituels pendant le traitement par l'interféron ?
Vous pouvez continuer à prendre la plupart des médicaments courants, à l'exception de certains corticoïdes et des immunosuppresseurs dont l'action va à l'encontre de celle de l'interféron.

174 Combien coûtent les traitements par interféron ? Pour l'hépatite C,
un traitement coûte plus de 20 000 francs pour 3 millions d'unités pendant un an. Mais il est pris en charge à 100 % et vous n'avez rien à avancer.

175 Faut-il recommencer un traitement qui n'a pas marché ?
Oui, s'il y a eu un minimum d'amélioration pendant le premier traitement. Il revient au spécialiste hospitalier de déterminer dans quelle mesure les doses et la durée du traitement pourront être modifiées, voire s'il y a lieu de vous proposer l'inclusion dans un essai thérapeutique.

176 Pendant combien de temps après l'arrêt du traitement peut-on craindre une rechute ?
90 % des rechutes surviennent dans les trois mois qui suivent l'arrêt du traitement. Au-delà de six mois, les rechutes sont rares.

177 Certains signes permettent-ils de prévoir si le traitement sera réellement efficace (sans rechute) ?
Non, aucun signe.

178 Sommes-nous des cobayes ?
Non. La décision du traitement proposé par le médecin est prise en dernier ressort par le malade. Le cobaye, lui, ne choisit pas !

179 De nouveaux médicaments vont-ils être bientôt commercialisés ?
Pour l'hépatite B, des antiviraux dits de deuxième génération (notamment la lamiduvine et le famciclovir) sont au stade des essais thérapeutiques. Pour l'hépatite C, la ribavirine, commercialisée en France dans le courant de l'année 1998, peut, dans certains cas, être utilisée en association avec l'interféron.

180 Les médicaments hépatoprotecteurs peuvent-ils être efficaces en cas d'hépatite chronique ?
Non.

181 Peut-on traiter une hépatite chronique par l'homéopathie ou l'acupuncture ? Une cure thermale peut-elle être bénéfique ?
Certains traitements, naturels ou non, peuvent susciter des espoirs d'autant plus grands qu'ils se traduisent parfois par une baisse des transaminases. Mais ils n'ont pas d'effet antiviral direct et leur efficacité ne peut être que transitoire. Rien n'interdit de rechercher, à travers l'homéopathie ou le thermalisme, un certain " mieux-être ", à condition de le faire sérieusement. Mais à l'heure actuelle, seul l'interféron a prouvé son efficacité dans le traitement des hépatites chroniques, même si elle n'est que relative.


La transplantation hépatique

182 Dans quels cas peut-on réaliser une transplantation ?
Lorsque le sujet a moins de soixante ans et se trouve en relativement bon état général.

183 Dans quels cas une transplantation est-elle exclue ?
Si le sujet est trop âgé, ou s'il existe une affection touchant un autre organe (cœur, poumons, reins…).

184 Y a-t-il suffisamment de donneurs ?
Non, on déplore un manque important de donneurs, ce qui entraîne une sélection plus stricte des indications et de longues listes d'attente.

185 Les transplantations d'organes d'animaux ont-elles un avenir ?
Non, ce type de transplantation est impossible, au moins à court et moyen terme.

186 Les foies artificiels ont-ils un avenir ?
Ce qu'on appelle aujourd'hui le " foie artificiel " est un appareillage très lourd qui permet à un malade de survivre de façon transitoire. Il peut être intéressant dans les cas d'hépatite fulminante, le temps que le foie se régénère. Mais un véritable foie artificiel n'est pas envisageable à l'heure actuelle.

187 Combien de temps peut-on vivre après une transplantation hépatique ?
Une fois passé le cap des complications précoces (les premiers mois), les complications sont peu fréquentes. Avec le peu de recul dont on dispose, des survies supérieures à dix ans sont déjà observées.

188 Peut-on reprendre le travail après une transplantation hépatique ? Peut-on faire du sport ?
On peut souvent mener une vie normale.

189 Quel régime suivre après une transplantation hépatique ?
Un régime pratiquement normal.

190 Peut-on mener une vie sexuelle normale après une transplantation hépatique ?
Oui.

191 Quels sont les risques de rejet d'un foie greffé ?
Les rejets sont fréquents. Heureusement, les traitements actuels permettent de contrôler la grande majorité d'entre eux.

192 Quels sont les risques de récidive ?
Le risque de récidive de l'hépatite B est de 40 %, celui de l'hépatite C est proche de 100 %.

193 Peut-on prévenir les risques de récidive ?
Pour l'hépatite B, les immunoglobulines anti-HBs ont permis de diminuer le risque de récidive à 40 %. Pour l'hépatite C, il n'existe actuellement aucune mesure efficace. Des traitements préventifs, comme un traitement antiviral avant ou après la transplantation, sont à l'étude.


Pour en savoir plus : Patrick Marcellin et Thomas Laurenceau, Comment vit-on avec une hépatite, éditions Frison-Roche, 1998. Vous pouvez trouver cet ouvrage en librairie ou, à défaut, le commander à SOS Hépatites en joignant un chèque de 145 F +25 F de frais de port